De la lecture analytique au collège (2)

lecture

Nous évoquions, il y a quelques temps, des pistes pour réaliser une lecture analytique au collège.

Nous proposons aujourd’hui la méthode de Véronique Marchais, exposée sur le site Néoprofs :

Pour ma part, avec mon public de ZEP, une étude de texte, c’est :
– Une lecture professorale ;
– Une explication du texte, de son sens, de son vocabulaire, de la syntaxe des phrases qui posent problème. C’est le plus important. S’assurer que le texte est compris, vraiment compris, en détails, et nourrir la langue. On part trop souvent bille en tête sur des “axes de lecture”, avec un texte non compris ;
– Une réflexion très modeste sur quelques moyens stylistiques au profit de certains effets : comment est créé le rythme de l’épopée dans tel extrait (juxtapositions, hyperboles…), le suspense dans tel autre…
– Un débat sur les valeurs mises en oeuvre dans le récit – une “réflexion sur le monde”, moyen idéal de prouver aux élèves que la littérature, aussi ancienne soit-elle, les concerne, et leur parle profondément.
– Un bilan extrêmement modeste – on est loin du paragraphe digne de ce nom, sauf à la rigueur en Troisième, encore plus des I. II. etc., c’est souvent une ou deux phrases à peine, bilan esquissé collectivement à l’oral, mais fortement guidé par le professeur, et finalement formalisé par lui, pour avoir quelque chose d’à la fois clair, précis et bien rédigé, aussi modeste cela soit-il.
– Un travail de réemploi du vocabulaire ou d’imitation de procédés syntaxiques afin d’enrichir la langue.
– Éventuellement une relecture du texte par les élèves.

Comprendre le texte précis qu’on a sous les yeux et son intérêt me semble le seul objectif valable d’une étude de texte (et non “découvrir le schéma narratif”, “le rôle des adjuvants” ou quoi que ce soit de ce genre). Comprendre le texte et nourrir la langue afin de pouvoir comprendre de plus en plus de texte et s’exprimer de mieux en mieux à l’écrit.

Leave a Reply

%d bloggers like this: