Comment faire lire une œuvre au collège ?

La lecture est au centre des apprentissages du français au collège. Mais fédérer les élèves autour de cette activité est une tâche complexe pour le professeur. Les élèves se montrent souvent réfractaires à la lecture d’une œuvre intégrale ou d’une lecture cursive. Alors, comment les fédérer à cette activité qui ne doit pas être seulement une activité scolaire mais aussi une activité plaisir ? Plusieurs actions sont possibles pour réhabiliter le plaisir de lire.

  • Lectures orales

Daniel Pennac, dans Comme un roman, explique que la simple transmission orale d’une œuvre complète (brève) a bien des vertus. On pourra par exemple consacrer un temps hebdomadaire donné, ou une série successives d’heures, à la lecture à haute voix faite par le professeur (les élèves n’ayant pas le texte) d’œuvres courtes (contes, nouvelles) permettant une traversée de la littérature française, siècle par siècle ; ou la traversée d’un thème (le voyage, la piraterie, les monstres, etc.). L’activité d’analyse se réduit alors à une discussion consécutive à l’écoute. D’où cette œuvre tient-elle sa force ? L’évaluation qui suivrait cette écoute serait l’élaboration du plan du texte, la rédaction de son organisation et de sa cohérence.

  • Présentation d’une œuvre, de manière régulière

A fréquence régulière, le professeur peut présenter un roman contemporain et accessible à la classe. Ce roman devra être disponible à l’emprunt au CDI. Des élèves qui auraient lu un roman (emprunté ou non) pourraient présenter ce livre à la place du professeur. Il ne faut pas hésiter à leur laisser la parole s’ils sont volontaires pour présenter un ouvrage. Rien de mieux qu’un adolescent pour conseiller à un autre adolescent un livre à lire.

  • Travail en collaboration avec une librairie

Cette année, la documentaliste et moi avons travaillé de paire avec la librairie du village afin que les élèves de 3e rentrent dans une librairie. La libraire avait proposé une liste de romans modernes destinés aux adolescents. Les élèves choisissaient plusieurs romans qui les intéressaient et allaient en parler à la libraire (obligation de se déplacer individuellement) pour savoir quel est le roman qui leur plairait le plus. La libraire passe ensuite la commande et c’est le CDI qui récupère les livres et qui les prêtent aux élèves. Ces derniers se sont déplacés et ont choisi un livre plaisant. Ils prennent le temps de le lire et peuvent rendre compte de leur lecture à l’oral ou à l’écrit. Le but est de réellement susciter le plaisir et l’envie de lire.

  • La bibliothèque de classe

Dans la classe, une bibliothèque peut être mise à disposition des élèves. Un devoir ou des exercices terminés en avance peuvent laisser place à la lecture. Ils peuvent, s’ils le désirent emprunter les romans en autonomie (système de fiches) et les rendent quand ils le souhaitent. Aucun travail n’est demandé mais ils peuvent en parler à leurs camarades ou en faire une critique écrite.

  • Le prix littéraire

Le prix littéraire (les Incorruptibles, par exemple) donne aux élèves un statut de lecteur responsable. La lecture devient sérieuse. Ils sont juges et expriment leur jugement librement, sans le regard du professeur. La rencontre possible avec l’écrivain est également quelque chose de stimulant. Ils participent à la vie de la littérature.

  1. Le Prix des Incorruptibles
  2. Le Prix Goncourt des lycéens
  • La rencontre avec un auteur

Rencontrer un auteur ou travailler avec tout au long de l’année est un point stimulant. Les élèves comprennent le processus de création littéraire et ce qui en découle. Ils voient également que la littérature est vivante et qu’elle évolue.

  1. Maison des écrivains et de la littérature
  • Organiser un rallye lecture

Un rallye lecture permet à l’élève de découvrir la littérature avec plaisir autour de la dynamique d’un thème. Cela permet aux élèves de lire encore et encore. Plus on lit, et plus on prend plaisir à lire. En 6e, pour compléter le travail en cycle 3, les élèves ont 10 questions simples de compréhension à traiter. Celles-ci permettent d’évaluer la lecture. Les questions et la grille de correction sont laissés au CDI. Les élèves peuvent s’auto-évaluer. A la fin du rallye, les élèves peuvent recevoir une note de participation et/ou un diplôme.

  • Créer un club de lecture

Réunion mensuelle, choix des livres par les élèves.

 

Si vous avez pratiqué d’autres méthodes ou avez des témoignages à apporter sur certaines proposées, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Pour aller plus loin : Faire place au lecteur dans la classe, ou comment faire (re)naître le plaisir de lire, Anne Vibert, Lire au collège n°88, 2011.

4 Comments

  1. Troestler

    15 June 2016 at 17 h 43 min

    Faire un JDL, Journal De Lecteur, qui s’enrichit au fil des 4 années au collège et qui montre que les goûts changent ; proposer une réunion du JDL après chaque période importante, leur faire parler de leurs lectures !

    1. cprabel

      16 June 2016 at 7 h 56 min

      Merci pour cette idée ! Je considérais le journal du lecteur comme une évaluation (sans note) de la lecture. Mais il est vrai qu’en faisant un suivi sur plusieurs années, cela peut participer à l’incitation à la lecture. Ils peuvent voir comment ils ont évolué et tout ce qu’ils ont lu.

  2. Rallye lecture 6e | Littérature & co

    26 June 2016 at 16 h 10 min

    […] ← Comment faire lire une œuvre au collège ? […]

  3. Rallye lecture 6e – Littérature & co

    28 July 2017 at 10 h 27 min

    […] j’évoquais comment faire lire une œuvre au collège. Afin d’initier les élèves de 6e, dès la rentrée, au plaisir de la lecture, je mettrai en […]

Leave a Reply

%d bloggers like this: