Ionesco et Rhinocéros : contextes

Cet article est l’introduction du dossier consacré à l’étude de Rhinocéros d’Eugène Ionesco.

I. Eugène Ionesco

Dates : 1909 (Slatina, Roumanie) – 1994 (Paris).

Itinéraire : Ionesco passe son enfance à Paris, poursuit des études de littérature française à Bucarest (thèse sur Baudelaire), y enseigne le français, puis revient en France où il est mobilisé en 1940. Il fait jouer sa première pièce, La Cantatrice Chauve, en 1950.

Les œuvres :

  • 1950 : La Cantatrice Chauve
  • 1951 : La Leçon
  • 1952 : Les Chaises
  • 1959 : Rhinocéros
  • 1962 : Le Roi se meurt
  • 1966 : Notes et contre-notes (essai)

II. Le contexte historique et le théâtre de l’absurde

Contexte historique

La France et la littérature ont été marqués par les deux guerres mondiales et notamment par la seconde Guerre mondiale.

Les traumatismes liés à l’expérience des camps et au désastre nucléaire d’Hiroshima pèsent. On assiste progressivement à la disparition de la conviction selon laquelle le monde à un sens. Le monde se divise alors entre les actes humains, ignobles, et les principes nobles, déjà loin dans l’inconscient collectif. C’est alors un pessimisme ambiant qui règne en France et qui repose sur le questionnement de la nature humaine.

Le théâtre de l’absurde

Ionesco appartient à ce genre théâtral. Le théâtre de l’absurde, comme l’indique son nom, repose sur l’absurdité de la condition humaine qui devient l’objet d’un tragique dérisoire. C’est la déchéance des personnages, devenus de grotesques pantins, que l’on trouve dans ce théâtre. L’humanité souffrante y est représenté.

Alternant entre comique et tragique, Ionesco qualifie ses pièces de “farces tragiques”. Le mot “tragédie” n’apparaît plus après le drame romantique. Les auteurs du XXe vont réinventer ce genre.

Les thèmes

  • le vieillissement ;
  • la mort ;
  • l’enfermement ;
  • l’attente ;
  • la peur.

Ces thèmes diffèrent des thèmes romantiques qui les précédaient. Ici, ni l’amour ni l’honnêteté ne résistent au désespoir ambiant. Ionesco écrit qu’il met “l’homme comme perdu dans le monde, toutes ses actions devenant insensées, absurdes, inutiles”.

Personnages et intrigue

  • Comme pour le Nouveau roman, nous assistons à une disparition de l’intrigue. Les situations n’évoluent pas.
  • La temporalité et les lieux sont imprécis. L’action pourrait se passe n’importe où. Mise en place d’une dimension universelle.
  • La construction dramatique se fonde sur un langage qui, la plupart du temps, est incohérent.
  • Importance des gestes et des attitudes (nombreuses didascalies).

Le personnage de Bérenger

Chez Ionesco, ce personnage apparaît dans 3 pièces : Tueur sans gage (1959), Rhinocéros (1959), Le Roi se meurt (1962). Dans ce cycle, Bérenger est confronté aux thèmes cités plus haut : la mort, le pouvoir, le vieillissement, la mort et la peur. Il représente l’espèce humaine touchée par le contexte historique et déstabilisée par les horreurs récentes.

Leave a Reply

%d bloggers like this: