Citations pour l’épreuve de dissertation

Roman

  • « Un roman est un miroir qui se promène sur une grande route. Tantôt il reflète à vos yeux l’azur des cieux, tantôt la fange des bourbiers de la route. Et l’homme qui porte le miroir dans sa hotte sera par vous accusé d’être immoral ! Son miroir montre la fange, et vous accusez le miroir ! Accusez bien plutôt le grand chemin où est le bourbier, et plus encore l’inspecteur des routes qui laisse l’eau croupir et le bourbier se former ». – Stendhal
  • « L’art du roman est de savoir mentir. » – Louis Aragon
  • « La mission de l’art n’est pas de copier la nature mais de l’exprimer. » – Honoré de Balzac
  • « Un roman n’est jamais qu’une philosophie mise en images. » – Albert Camus à propos de La Nausée de Sartre
  • « Le roman n’est plus l’écriture d’une aventure, mais l’aventure d’une écriture. » – J. Ricardou, Pour une théorie du Nouveau Roman
  • « L’auteur, dans son œuvre, doit être comme Dieu dans l’univers, présent partout, et visible nulle part ». – Flaubert

Poésie

  • « La poésie n’a pas d’autre but qu’elle même. » – Baudelaire
  • « De la musique avant toute chose / Et pour cela préfère l’Impair / Plus vague et plus soluble dans l’air / Sans rien en lui qui pèse ou qui pose. » – Verlaine
  • « La poésie est quelque chose de plus philosophique et de plus grande importance que l’histoire. » – Aristote, La Poétique

Théâtre

    • « Qu’en un lieu, qu’en un jour, un fait accompli
      Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli. » – Boileau, L’Art Poétique
    • « Le sujet d’une belle tragédie doit n’être pas vraisemblable. » – Corneille
    • « J’ai pensé, je pense encore, qu’on n’obtient ni grand pathétique, ni profonde moralié, ni bon et vrai comique, au théâtre, sans des situations fortes et qui naissent toujours d’une disconvenance sociale dans le sujet qu’on veut traiter. » – Beaumarchais, Préface du Mariage de Figaro
    • « Il y a deux manières de passionner la foule au théâtre: par le grand et par le vrai. Le grand prend les masses, le vrai saisit l’individu. » – Victor Hugo